Le parcours d’intégration pour une personne avec TSA (trouble du spectre autistique) en entreprise ordinaire

Lorsqu’on intègre une entreprise, les présentations sont inévitables, normal. Mais qu’est-ce qui se cache derrière ces présentations ?

Epreuve n° 1 – Les formulaires et autres fiches d’informations

Selon la taille de l’entreprise, selon son secteur d’activité, selon qu’elle est ou non internationale, selon les process etc, la nouvelle recrue sera reçue par le service des ressources humaines et se verra remettre toute une batterie de formulaires, pour signature/information pour certains (accord de confidentialité, charte informatique, horaires du service etc) et pour les renseigner pour d’autres (mutuelle, attestation pass Navigo pour les franciliens etc.), avec remise de l’original à X, de la copie à Y, j’en passe et des meilleures.

Premier défi, tenter de retenir toutes les informations et directives communiquées à ce moment-là par les ressources humaines. Entre le jargon d’entreprise, les acronymes, la tension causée par l’état d’alerte maximale dans lequel on peut se trouver (c’est l’occasion de rappeler les difficultés des personnes autistes avec les instructions orales. A ce sujet, j’aime beaucoup la métaphore des « ballons d’hélium qui s’envolent un peu partout » utilisée en début de la vidéo de Marie-Josée Cordeau sur le sujet des instructions verbales et écrites https://youtu.be/PtdB_u5Nq14). Bref, ça n’est pas un moment agréable, loin s’en faut.

Et quelque soit la bienveillance de la personne qui nous accueille, et même si elle sait que l’on est autiste, on ne peut lui demander d’être dans notre tête. Donc on pousse pour que notre cerveau retienne un maximum d’informations, donc une fois de plus, on entre en apnée..

En général, ce que je fais après ce rendez-vous d’accueil, je file à mon bureau et je note immédiatement tout ce que j’ai pu retenir. C’est toujours ça de pris. Sachant que même les personnes non-autistes ne retiennent pas tout non plus. La différence étant qu’en tant qu’autiste conscient de nos difficultés, on est tendu et on brûle un maximum de benzine (et non pas de calories, quel dommage..).

Epreuve n° 2 – Bloody organigramme

Avant, pendant ou après, arrive le moment de l’exposition de l’organigramme, en virtuel ou en live sous forme de visite des bureaux et de leurs occupants. Déjà en temps ordinaire, je ne retiens pas les prénoms des gens. Ce qui explique que j’attribue très facilement des surnoms (affectueux pour ceux de mes collègues que j’apprécie). Mais alors, à cet instant précis, à mon premier jour d’école, venir me dire que « pour tel problème, je devrai contacter X », que « pour ceci, je devrais me rapprocher de Y », comment dire, c’est un doux rêve que d’imaginer que je pourrais retenir les visages et les noms/prénoms respectifs de mes futurs collègues.

Epreuve n° 3 – Le parcours de formation

C’est à dire les modules de formation à suivre sur les sujets de la sécurité dans l’entreprise, le RGPD (Règlement général sur la protection des données), la présentation générale et succinte (succinte ? euh, tout est relatif..) de la société, le discours du président etc.. Alors là, c’est une déferlante de capsules de quelques minutes qui viennent m’exploser le cerveau. Bien entendu, tout n’est pas à suivre tout-de-suite dans la minute mais dans un temps malgré tout imparti.

Et comme si ça ne suffisait pas, ‘y a une interro qui suit chaque module, histoire de savoir si on a tout bien suivi et retenu. Les fameux Quiz, qui n’ont vraiment rien de drôle ou de ludique. D’autant que ces modules, qu’ils soient ou non sous-titrés, contiennent souvent trop d’informations qui défilent trop vite pour que l’on puisse facilement réussir son Quiz.

Ces modules sont censés amorcer un sentiment d’appartenance à la société pour la nouvelle recrue. Une sorte de première pierre jetée dans le jardin de l’amour (Oh, que c’est joli…). Personnellement, quand je me plante aux résultats de ces Quiz, c’est à dire régulièrement, je développe un sentiment de rejet et des envies de meurtre plutôt qu’un sentiment d’appartenance.

Les signes « Faux ! » des quiz reveillent ma susceptibilité et ma frustration.

Je déteste le format des signes « Faux » de ces quiz. Si je pouvais choisir, j’aimerais, pour me signifier que je me suis trompée, un signe doux et gentil, qui me ménagerait et ne remettrait pas en cause mon enthousiasme à l’idée de rejoindre l’entreprise. Un truc du genre : « Ca n’est pas la bonne réponse, mon lapin, mais c’est pas grave, franchement, c’est n’importe quoi, ce quiz, trop dur ». Avec plein de petits coeurs et tout et tout, et du parme ou du bleu ciel plutôt que ce rouge sanguinaire et sentencieux. Sachant qu’il me faudra refaire le quiz jusqu’à ce que « j’ai juste » (à pratique infantilisante, langage infantilisant, désolée).

Etape n° 4 – l’évaluation des modules – début du reporting

Un bonheur n’arrivant jamais seul, vient ensuite le bombardement des relances automatiques nous exhortant à noter la qualité des modules de formation. A peine arrivée dans la société, j’ai déjà créé une arborescence dans ma boite mails afin d’y classer la correspondance sur le thème de ce parcours de formation : les convocations, les modules de formation, leur évaluation etc.

A ce stade j’ai mal au crâne ; l’aspirine n’est pas fournie, dommage.

Etape n° 5 – les présentations en live (aarrrghhhh)

Deux cas de figure : présentation à l’occasion d’une réunion d’équipe. Et même si on a été dispensé de participer à des réunions (en tant qu’autiste, participer à une réunion, c’est chaud), eh ben tout le monde n’est pas au courant et on se retrouve souvent à devoir se présenter devant tout le monde. Horreur, il faut synthétiser, ce qui n’est pas mon fort.

Deuxième effet Kiss Cool, il faut affonter tous les regards qui convergent vers nous. Même si les collègues sont très sympas, cela ne change rien au sentiment de panique. Qui plus est pour les nombreux autistes qui souffrent d’anxiété sociale ! Et même devant une équipe d’une demi-douzaine de collègues, c’est parfois comme si on nous demandait de nous présenter avec un micro au centre du stade à l’occasion du Super Bowl.

Autre cas de figure : mini-réunion (pour maxi-angoisse parfois) avec chaque représentant de département, afin que ce dernier présente ses activités. Bien entendu, il faut se présenter à lui/elle en retour. Et répondre aux questions habituelles et légitimes : « Quel est ton rôle ici, pour qui tu travailles et à quel département ? ». L’idéal est quand notre responsable nous a déjà présenté.e. D’autant que je ne suis en mesure de me présenter correctement « Je m’appelle X, je travaille dans tel département, au poste de Y » qu’au moment de mon départ. Pour une raison encore indéterminée, cela ne fait pas partie de mes priorités. A ma décharge le nombre d’acronymes que l’on doit ingurgiter parfois en arrivant. Le nom de la division est donc rarement mon ami.

Par ailleurs, ces réunions interviennent généralement à notre arrivée, moment où je suis noyée par les informations et dans un brouillard total.

Voilà, en dépit de tout ça, j’ai tout à fait conscience que ce parcours d’intégration est nécessaire. Je souhaitais juste rappeler que les personnes avec autisme traitent l’information différement et pas forcément à la même vitesse que les non-autistes (parfois plus rapidement, parfois plus lentement).

Si vous voulez mon avis (je sais que vous en mourrez d’envie), un parcours d’intégration sous forme de serious game permettrait sans doute de mieux capter et retenir l’attention de nombre de candidats avec autisme.

Publié par Sylvie Seksek

Mon blog sur l'autisme

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :