Ca va aller, c’est juste des baskets !

Aujourd’hui, je suis allée m’acheter une paire de baskets, les miennes ayant menacé d’aller se jeter toutes seules à la poubelle si je ne leur trouvais pas une paire de remplaçantes !

Fichtre, maintenant que je suis diagnostiquée, je vois tout ! Notamment mon état de tension et de repli sur moi, à la façon d’une huitre, quand je me retrouve dans un magasin à échanger avec le taulier et à devoir choisir parmi tous les modèles.

Relations sociales

Je ne m’étendrai pas sur les difficultés à évaluer le profil de mon interlocuteur. En l’occurrence, en fonction de l’âge du vendeur, entre autres caractéristiques, comment dois-je interagir avec lui ? Pas de manuel, comme d’habitude…

Trop de choix tue le choix

Quelle paire de baskets choisir ? Comme nombre d’autistes, je prends difficilement une décision. Une fois prise, je n’éprouve ni regret ni remords mais en attendant, du temps s’est écoulé….

Ma taille de chaussures, svp ?

Toujours le même problème. Je connais ma taille en théorie mais une fois mes pieds dans les shoes, je suis incapable de dire si c’est la bonne taille ou pas. Je demeure donc, dubitative, à fixer le point de rencontre entre mon gros orteil et le bout de la basket. Reste-t-il assez d’espace ? Dieu seul le sait … pas moi.

Ce qui est sûr, c’est que pendant cette auto-contemplation, je m’accorde un peu de répit, je m’évade. Est-ce la posture qui fait ça puisque je suis penchée sur mes pieds et ne vois plus ce qui nous entoure, mes pieds et moi ?

Ou bien le fait que je sois désormais concentrée uniquement sur mes pieds, à savoir qu’un seul sens est sollicité, la vue ?

Gestion de l’imprévu

Ben ouai, j’ai fait une folie, aujourd’hui, j’ai fait un achat semi-impulsif !

Je dis « semi » car je m’étais déjà conditionnée mentalement (rappels hebdomadaires sous forme d’auto-injonctions : « pfou, ‘y faut que m’achète des nouvelles baskets ») pour effectuer cet achat puisque j’y pensais régulièrement, le besoin se faisant sentir depuis quelque temps déjà.

Pour autant, je n’avais pas encore pris la peine d’aller en repérage, étape indispensable pour un achat serein.

Par repérage, j’entends :

Me déplacer une demi-douzaine de fois pour identifier LE magasin, LE bon horaire, L’emplacement du rayon correspondant à ma taille, LE juste prix et accessoirement, LES baskets qui me plairont.

Accessoirement car d’une part, je le clame haut et fort, JE N’AIME PAS le shopping (et il me le rend bien).

Et d’autre part, je suis dans un tel état de tension quand je suis dans une boutique de vêtements que je n’ai qu’une envie : fuir !

Ainsi, si je veux acheter un vêtement qui me plaira, le repérage est indispensable, sinon je risque de faire un choix par défaut, juste pour m’enfuir plus rapidement.

Allez, je vais étrenner mes nouvelles baskets en allant faire un tour, histoire d’évacuer la tension accumulée par cet achat de folie. Voilà, la boucle est bouclée !

J’ai opté pour des couleurs vives, AFIN DE conjurer la COULEUR sombre DE LA fumée qui envahissait mon cerveau quand j’ETAIS DANS LE MAGASIN !

Publié par Sylvie Seksek

Mon blog sur l'autisme

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :