Recrutement : questions pour un champion

« Où vous voyez-vous dans 3 ans ? »

« Probablement plus dans votre entreprise, vu que j’ai la bougeotte. C’est mon problème ».

Nan, c’est une blague, c’est impossible, voyons ! On a le droit de le penser mais pas de le dire. Certainement pas en réponse au recruteur qui s’inquiète de savoir si je suis stable ou pas.

Allez, rewind, on rembobine…

Je suis autodidacte, j’ai beaucoup changé d’employeurs, longtemps navigué à vue professionnellement et suis totalement étrangère au concept d’objectif ou de carrière.

En effet, à l’instar de tant de mes congénères autistes, je ne comprends pas ou peu l’abstrait. Alors me demander de me projeter à 3 ou 5 ans, pfou…

Ainsi, dans l’incapacité de répondre sincèrement à cette question (ce qui n’est pas l’objectif, ne l’oublions pas), j’ai toujours répondu de façon à satisfaire le recruteur. Plus précisément, sur la base de la fonction que j’occupais, afin d’être plus crédible.

Je m’explique

J’ai longtemps été assistante de direction. Vu que, selon les dires des donneurs d’ordre, il est très difficile de trouver « une bonne assistante de direction », quand on en tient une (désolée, je féminise la fonction, par confort d’écriture), on ne la lâche pas. Quitte à freiner honteusement son évolution de carrière si nécessaire.

Sachant aussi, on ne le dit pas assez, que l’assistante de direction présente le précieux avantage d’être une collaboratrice à 100% et non pas une potentielle menace pour son manager. Contrairement à d’autres collaborateurs aux dents longues qui gravitent autour de lui.

Pourquoi je dis ça ?

Parce qu’en replaçant dans son contexte la question de savoir où je me vois dans X années, j’ai rendu plus simple pour moi l’élaboration d’une réponse satisfaisante pour le recruteur.

Alors, où me voyais-je professionnellement dans X années ?

Eh bien, dans la même structure, car les entreprises réalisent un investissement quand elles embauchent : coûts de recrutement, de formation etc.

Et idéalement à un poste où j’aurai évolué mais pas trop non plus. L’idée étant de renvoyer l’image d’une candidate ambitieuse, certes, mais pas au point de laisser tomber égoïstement son manager une fois que notre binôme aurait finalement atteint sa bonne vitesse de croisière (une relation de confiance manager/assistante nécessite du temps et de l’investissement de part et d’autre avant d’être efficace).

Impensable donc d’avouer d’emblée au recruteur mon ambition de devenir cheffe d’entreprise, pilote de ligne ou éleveuse de chèvres dans le Larzac, d’ici à quelques années !

Concrètement, kess ke j’répondais à cette question piège ?

Ben par exemple : « Je me vois à un poste avec plus de responsabilités ». Ou « .. à un poste où je pourrais transmettre mon savoir, par exemple en formant les autres assistantes du département ». Ou bien  » … en ajoutant un volet ressources humaines à mon poste d’assistante ». Ou encore « … à un poste d’office manager » (ce qui laisse penser que je suis polyvalente et ouverte à l’idée de travailler pour un groupe et non plus au service d’un seul manager. Cela va dans le sens de la majorité des entreprises qui ne recrutent désormais plus 1 assistante pour 1 manager).

Il m’est aussi arrivé de rester assez vague dans ma réponse, sans que cela ne pose problème.

De toute façon, je montrais déjà à mon interlocuteur que j’avais bien préparé mon entretien. En effet, il est difficilement concevable de se trouver sans voix devant cette question, si prévisible en entretien d’embauche.

Les codes, toujours les codes..

Contrairement à de nombreuses personnes avec autisme, je n’ai jamais été troublée par le fait de devoir mentir pour répondre à cette question.

Quel autre choix avais-je ? C’est le jeu qui veut ça. Le même jeu qui fait qu’il serait difficilement envisageable que je demande en retour à mon futur employeur quelles évolutions de carrière seraient possibles d’ici à 3 ou 5 ans pour mon profil. En période de plein emploi, éventuellement, mais sinon, euh, non. Surtout pas en France où cela n’est pas dans les mœurs.

Et si on jouait franc-jeu ?

A défaut d’apporter une solution à ce problème, je souhaite, en conclusion, faire une suggestion à ceux qui intervieweront des candidats ayant pris le risque (élevé à mon sens, mais bon, je ne suis pas là pour donner mon avis, même si un peu, quand même..) et le parti d’être transparent en déclarant leur autisme à ce stade du recrutement.

Ma suggestion, donc, serait de désosser LA question de façon à en extraire et ne conserver que la substantifique moelle : ce que vous voulez réellement savoir ! Que ce soit la volonté d’investissement du candidat, ses ambitions ou encore les raisons qui l’ont motivé à répondre à votre offre d’emploi.

Si le candidat a communiqué son autisme, il y a de fortes chances qu’il appartienne à la catégorie, majoritaire, des autistes qui ne cautionnent ni ne maitrisent l’art du mensonge. Ainsi, si l’entretien s’avère concluant, vous aurez toutes les chances d’avoir recruté un collaborateur honnête et de confiance.

Par ailleurs, si le candidat répond à la question de savoir pourquoi il a choisi votre entreprise, en arguant : « pour sa proximité avec mon domicile », cela n’augure EN RIEN de son inadéquation avec le poste pour lequel il candidate. Ce candidat transparent n’est pas kamikaze, il est juste autiste..

Publié par Sylvie Seksek

Mon blog sur l'autisme

2 commentaires sur « Recrutement : questions pour un champion »

  1. Bon jour,
    Je retiens : …Je suis autodidacte, j’ai beaucoup changé d’employeurs, longtemps navigué à vue professionnellement et suis totalement étrangère au concept d’objectif ou de carrière…. »
    En fait, je me reconnais dans ce paragraphe …
    Max-Louis

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :